Aller au contenu Aller au menu

Contexte et objectifs de la formation


La génétique étudie la structure, l’expression, le maintien et la transmission des gènes et des génomes. C’est une discipline transversale et multi-échelle qui peut s’appliquer à l’étude de n’importe quel mécanisme en biologie (évolution, développement, fonctionnement du système immunitaire, du système nerveux, des écosystèmes, etc…), de la cellule et la molécule uniques jusqu’aux écosystèmes, en passant par les organismes et les populations. En complémentarité avec les approches moléculaires, cellulaires et immunitaires, la génétique contribue également pour une part importante à l’étude des maladies complexes et, en particulier, à la cancérologie.

La génétique a connu ces 15 dernières années une série de bouleversements techniques et théoriques. L’objectif des enseignements du parcours vise à former de jeunes généticiens au fait de ces développements récents et aptes à relever les défis technologiques, conceptuels et sociétaux que posent actuellement cette évolution rapide de la discipline.

Les différents thématiques proposées par le parcours permettront aux étudiants, au travers d’enseignements pratiques et théoriques, de se familiariser avec des techniques comme le séquençage à très haut-débit, les puces à ADN, l’imagerie de molécules uniques ou la transgénèse sur modèles animaux, ainsi qu’avec des aspects plus conceptuels comme l’importance des régulations épigénétiques dans l’expression des caractères et le maintien des génomes, l’incroyable diversité des ARN non codants, la grande variété des mécanismes mis en jeu au cours de l’oncogenèse, les multiples facteurs qui influencent la structure et l’évolution des polymorphismes moléculaires au sein des populations, ou encore les leçons de l’analyse de la diversité génétique des populations humaines et des flores microbiennes. La réalisation d’un stage long dans un laboratoire de recherche ou dans une entreprise permettra aux étudiants de parfaire leur formation pratique et théorique, tout en mettant un pied dans ce qui sera pour beaucoup d’entre eux leur futur environnement professionnel.


Organisation de la formation

 

Au niveau M2 :

A l’issue d’un entretien au cours duquel l’étudiant expose son projet professionnel à l’équipe pédagogique du parcours, trois thématiques peuvent être proposées :

  1. 1. Bases Moléculaires de l’oncogenèse (BMO) (en partenariat avec la thématique Biologie Cellulaire), qui aborde tous les aspects de la biologie et de la génétique des tumeurs.
    Mots clés : Cancer ; Instabilité Génétique ; Recombinaison, Réplication et Réparation de l’ADN ; Modèles murins ; Signalisation cellulaire ; Développement ; Cellules souches, Régulations épigénétiques.
  2. 2. Biochimie et Génétique de l’ARN (BGA) (en partenariat avec la thématique Biochimie et Biologie moléculaire), qui traite du métabolisme et des nombreux rôles des différents types d’ARN connus.
    Mots clés : Mondes ARN ; Expression des gènes ; ARN régulateurs ; ARN interférence ; Ribozymes ; ARNomique ; Nouvelles méthodologies de l'ARN et modélisations ; Interactions ARN/ADN/protéines ; Evolution moléculaire de l'ARN ; Applications thérapeutiques et médicales.
  3. 3. Génome, Epigénétique et Génétique Humaine (GEpiGeH), qui forme à l’analyse des génomes et des modifications épigénétiques, dans une perspective fondamentale ou appliquée.
    Mots clés : Génomique, épigénétique, séquençage à haut débit, ressources génétiques, polymorphismes moléculaires, évolution des génomes, génétique évolutive, génomique des populations, génétique des caractères multifactoriels.

Le projet pédagogique de chaque étudiant est élaboré en concertation avec l’équipe enseignante de la thématique choisie et du parcours.

Ce projet comprend 12 ECTS d’UE de spécialisation (déterminés par de la thématique suivie) ; 6 ECTS d’UE projet (en général intégré à l’UE de spécialisation et consistant en la création et la présentation d’un projet de recherche fictif) ; 6 ECTS d’UE d’ouverture pouvant être pris dans n’importe quel parcours ou mention de l’UPMC ou d’autres établissements ; et 6 ECTS d’analyse scientifique. Le second semestre est consacré à un stage de recherche (30 ECTS) dans un laboratoire ou une entreprise, en France ou à l’étranger. La soutenance de stage et l’UE d’analyse scientifique sont validées par un jury commun aux trois thématiques.

A noter que les thématiques BMO, BGA et GEpiGeH peuvent également être suivies dans le cadre du programme "Interdisciplinary Master in Life Sciences"  (IMaLiS) de l’ENS Paris.

 

Au niveau M1 :

De nombreuses UE de M1 sont proposées par le parcours génétique, souvent en partenariat avec un ou plusieurs autres parcours. Le choix des UE dépend du projet de chaque étudiant et se discute lors des journées d’orientation pédagogique qui suivent la rentrée du M1.

 

CompÉtences dÉveloppÉes


Compétences disciplinaires :
Avoir une connaissance approfondie de la biologie en général et des connaissances spécialisées dans certains domaines disciplinaires liés à la génétique; avoir une connaissance des grands principes de la génétique moderne ainsi que des développements technologiques récents ; maîtriser les techniques de base et les appareillages utilisés en biochimie, génétique moléculaire, génétique cellulaire, biologie cellulaire ou analyse statistique et bioinformatique de données de séquences; savoir appliquer ces techniques et ces méthodes à différentes questions en biologie.


Compétences transversales :

Veille technologique : Savoir gérer des ressources bibliographiques (bases de données, journaux scientifiques en ligne) ; maîtriser la littérature scientifique liée à son domaine professionnel et être capable d’en faire une synthèse.

Expertise: Savoir faire une analyse critique de résultats scientifiques (les siens et ceux des autres). Savoir apprécier la qualité et la pertinence d’un travail ou d’une démarche scientifique.

Conseil : Savoir utiliser ses connaissances et faire preuve de créativité pour poser puis résoudre un problème scientifique par le biais d’une démarche expérimentale.

Insertion/évolution dans l’environnement professionnel : Avoir une capacité d’apprentissage et d’adaptation. Savoir organiser son travail et travailler en équipe. Savoir communiquer ses résultats (exposé oral ou sur poster, rédaction de rapports écrits) et défendre un projet devant des contradicteurs. Maîtriser l’anglais scientifique.


Publics visÉs et admissions

Les promotions de M2 sont d’environ 40 étudiants par an répartis sur les trois thématiques. Le parcours est ouvert aux étudiants issus des filières scientifiques (master 1 ou équivalent) et médicales (médecine, pharmacie) des universités françaises ou étrangères, ainsi qu’aux élèves issus des écoles d’ingénieurs. Les thématiques du parcours peuvent également être suivies dans le cadre de la formation permanente, étant entendu qu’il s’agit d’une formation à plein temps sur l’année.

L’admission se fait par le dépôt d’un dossier sur le site de candidature au master BMC, qui est ouvert de mi-Avril à mi-Juin. Les étudiants dont le dossier est pré-sélectionné sont ensuite convoqués fin Juin pour un entretien avec l’équipe pédagogique.

DÉbouchÉs et devenir professionnels


A l’issue de leur formation, les étudiants peuvent s’orienter vers la recherche fondamentale ou appliquée, dans des organismes publics ou des entreprises privées. Ceci peut se faire soit par la préparation d’une thèse de doctorat (50 à 80% des étudiants du parcours, suivant les années), soit directement après le master, par l’obtention d’un contrat d’ingénieur d’études, ou équivalent. Certains étudiants choisissent également de reprendre des études, soit dans la continuité de leur projet professionnel initial (médecins, ingénieurs, gendarmes,…), soit pour acquérir une double compétence (bioinformatique, marketing, management, valorisation, journalisme,…).

La liste (non exhaustive) des postes occupés actuellement par des anciens étudiants du parcours comprend : enseignants-chercheurs et chercheurs d’organismes de recherche publics (universités françaises et étrangères, CNRS, CEA, INSERM, INRA,…) ou de droit privé (Institut Pasteur, entreprises de R et D), ingénieurs d’études, chargés d’affaires pour des collectivités territoriales, chargés d’information médicale en industrie pharmaceutique, évaluateurs conformité en agences de veille sanitaire, technico-commerciaux en biotechnologies, attachés de recherche clinique, enseignants du secondaire…

11

Devenir des étudiants du parcours
Diplômés des thématiques « recherche » de 2009 à 2013 (soit 151 étudiants au total),
d’après les informations disponibles au 25/03/2015

Contacts


Responsable de la spécialité :
Frédéric Devaux : frederic.devaux@upmc.fr
Secrétariat pédagogique :
Carine Joseph : carine.joseph@upmc.fr

Dans cette rubrique